mercredi 28 juin 2017

Verte (BD) de Marie Desplechin et Magali Le Huche

"Sorcière tu es née, sorcière tu dois devenir !"

Auteurs : Marie Desplechin et Magali Le Huche
Editions : Rue de Sèvres
Date de sortie : 22 mars 2017
Nombre de pages : 82
Prix chez l'éditeur : 14 euros

Synopsis : À onze ans, la petite Verte ne montre toujours aucun talent pour la sorcellerie. Pire que cela, elle dit qu’elle veut être quelqu’un de normal et se marier. Elle semble aussi s’intéresser aux garçons de sa classe et ne cache pas son dégoût lorsqu’elle voit mijoter un brouet destiné à empoisonner le chien des voisins. Sa mère, Ursule, est consternée. C’est si important pour une sorcière de transmettre le métier à sa fille. En dernier ressort, elle décide de confier Verte une journée par semaine à sa grand-mère, Anastabotte. Puisqu’elles ont l’air de si bien s’entendre. Dès la première séance, les résultats sont excellents. On peut même dire qu’ils dépassent les espérances d’Ursule. Un peu trop, peut-être.


Je remercie la maison d’édition pour m’avoir fait parvenir cette petite BD. De temps en temps, il me prend l’envie de lire une bande-dessinée. Ce n’est certes pas le genre que je préfère, mais de temps en temps ça fait du bien de découvrir une histoire rapidement grâce aux images. J’ai découvert Marie Desplechin dans une autre de ses BD : « Le Journal d'Aurore : Jamais contente... Toujours fâchée ! ». Et il faut dire que j’avais été très déçue, je n’avais pas du tout apprécié ma lecture. J’ai donc décidé de donner une deuxième chance à l’auteur avec sa nouvelle bande-dessinée, en espérant qu’elle me plairait davantage.

J’ai choisi de lire cet ouvrage pour des raisons qui n’en sont pas vraiment. Le titre m’a beaucoup intrigué : Verte, ce n’est pas un prénom que l’on croise tous les jours. De plus, j’ai bien accroché avec la couverture et le style des dessins. J’ignorais totalement de quoi allait parler ce livre, je me suis donc lancée à l’aveuglette dans ma lecture.

On va suivre Verte, une petite fille de 11 ans, qui ne s’intéresse et ne montre aucun talent pour la sorcellerie, au grand dam de sa mère sorcière. Cette dernière va donc envoyer sa fille chez sa grand-mère en espérant éveiller son intérêt pour la sorcellerie. Verte va se découvrir un grand talent pour la magie, un peu trop même.

Je me suis donc plongée dans cette BD sans rien en savoir et j’ai donc été surprise qu’elle parle de sorcières, mais ce fut une bonne surprise. Je ne m’attendais pas du tout à ce que Verte soit la fille d’une sorcière, mais aimant et m’intéressant beaucoup à cette créature, je ne pouvais qu’être ravie. L’histoire est sympathique, avec de l’humour et de la légèreté. C’est assez enfantin du fait que l’héroïne soit toute jeune, mais ça passe bien. Il n’y a pas vraiment de grandes surprises ni de suspense insoutenable, mais j’ai tout de même passé un agréable moment.

Pour ce qui est du graphisme, j’ai plutôt bien aimé. Le texte frais et fluide complète très bien les illustrations. Celles-ci sont simples et travaillées à la fois, sur fond blanc, elles occupent tout la largeur d’une page ou bien elles sont réparties sur plusieurs cases de différentes tailles.

Pour conclure, cette BD m’a convaincu, elle est fraîche et légère, elle détend et vide la tête. Ce genre de lecture est parfait à lire après un gros roman. L’histoire est sympathique et enfantine, elle mêle amitié et humour.
Une BD à partir de 8 ans, parfaite pour les petites filles ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire