jeudi 16 juillet 2015

Le Pensionnat de Mlle Géraldine, tome 1 : Etiquette & Espionnage de Gail Carriger

"Sophronia désespère sa mère à grimper aux arbres au lieu d'apprendre les bonnes matières. Elle est envoyée dans un pensionnat qui n'est pas du tout comme sa mère croyait..."

Auteur : Gail Carriger
Editions Le livre de poche (Orbit)
Date de sortie 22 avril 2015
Nombre de pages : 376
Prix chez l'éditeur : 6,90 euros

Synopsis Angleterre, début du XIXe siècle. Sophronia, 14 ans, est un défi permanent pour sa mère : elle préfère démonter les horloges et grimper aux arbres plutôt qu'apprendre les bonnes manières ! Mme Temminnick désespère que sa fille devienne jamais une parfaite lady, aussi l’inscrit-elle au Pensionnat de Mlle Géraldine qui s’attache au perfectionnement des jeunes dames de qualité. Très vite, Sophronia comprend que cette école ne correspond pas exactement à l’idée que sa mère s’en faisait. Certes, les jeunes filles y apprennent l'art de la danse, celui de se vêtir et l'étiquette, mais elles font aussi l’apprentissage de la diversion, de l'espionnage et de l’acte de donner la mort – tout cela de la manière la plus civilisée possible, bien sûr. C’est une chose d’apprendre à faire une révérence comme il faut, c’en est une autre d’apprendre à la faire en lançant un couteau…


Mon avis :

Je remercie Le livre de Poche pour m’avoir proposé de lire ce roman. Le résumé m’a énormément intrigué ainsi que la couverture et l’objet livre que je trouve magnifique. Il y a un très beau travail fait dessus avec de petits détails qui nous rappellent l’univers du roman. Je n'attendais pas grand-chose de cet ouvrage et j’en suis sortie avec un avis assez mitigé.
On suit Sophronia, une jeune fille de 14 ans qui préfère grimper et escalader plutôt que d’apprendre les bonnes manières et se conduire en demoiselle bien élevée. N’en pouvant plus, sa mère décide de l’envoyer dans un pensionnat pour l’éduquer. Mais bien vite, Sophronia comprend que le pensionnat n’est pas du tout à l’idée qu’elle s’en faisait. Elle y apprend les bonnes manières, la danse, mais aussi la diversion et l’espionnage.
J’ai trouvé l’intrigue très originale, elle sort du lot, je n’ai jamais eu l’occasion de lire un roman qui traite d’espionnage en Angleterre au XIXe siècle. Le roman évolue dans un univers steampunk, ce qui est aussi nouveau pour moi. Cet ouvrage m’a fait découvrir ce genre et j’ai beaucoup aimé.
Le style de l’auteur est très agréable et prenant, on se glisse parfaitement dans l’histoire dès le début. Il y a de l’action et des rebondissements.
À l’univers steampunk s’ajoute une part de fantastique avec la présence de vampire et de loup garou, c’est un très beau mélange hors du commun.
J’ai beaucoup aimé le personnage de Sophronia. Elle est vive, intelligente, têtue et ne se laisse pas faire. Elle a un fort caractère et cache de grandes ressources. J’ai tout de même trouvé qu’elle faisait un peu plus que son âge, je lui aurais donné 16 ans au lieu de 14 ans.
Le seul petit bémol que je peux reprocher à l’histoire est les longueurs. En effet, au début, je n’ai pas vu le temps passer, les pages se tournaient très vite. Puis arrivée vers le milieu du roman, l’action a ralenti et j’avais envie de sauter des pages pour retourner dans le rythme effréné du début. Heureusement, le passage un peu long est vite remplacé par l’action et le style addictif du roman est revenu.
Pour conclure, j’ai bien aimé ce roman à l’univers très original et hors du commun. Malgré tout, j’ai trouvé des longueurs qui m’ont légèrement peiné dans ma lecture.


Un roman qui sort de l’ordinaire avec un univers steampunk et un univers fantastique!

8 commentaires:

  1. Je suis totalement fan de la première série de l'auteure, alors j'ai vraiment hâte de lire celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et moi j'ai hâte de lire la première série ! :)

      Supprimer
  2. L'histoire est très intéressante mais tout comme toi, j'ai eu du mal avec les longueurs !

    RépondreSupprimer
  3. Ce livre m'intrigue beaucoup mais j'ai vraiment horreur des longueurs donc je ne sais pas si je le lirais.

    RépondreSupprimer