samedi 1 juillet 2017

The Scorpion Rules, tome 1 de Erin Bow

"Au premier faux pas, vous êtes mort..."

Auteurs : Erin Bow 
Editions : Lumen
Date de sortie : 7 avril 2016
Nombre de pages : 384
Prix chez l'éditeur : 15 euros

Synopsis : La première règle, pour éviter la guerre ? En faire une affaire personnelle… Très personnelle.
Duchesse de Halifax, princesse de la Confédération panpolaire, mais surtout… otage. Je m’appelle Greta Stuart, et ma vie ne tient qu’à un fil. Il y a quatre cents ans, une série de terribles conflits liés au changement climatique a ravagé la planète : guerres, famines, inondations, exodes… Débordées, les autorités ont fait appel à une intelligence artificielle omnisciente pour tenter de mettre un terme au massacre. Mais Talis c’est son nom a vite pris son indépendance et le contrôle du monde. Désormais, il garde en otages les fils et filles des grands dirigeants de la planète. À la première déclaration de guerre, les héritiers des deux camps concernés sont froidement exécutés. Il me reste seize mois à tenir, seize mois avant d’avoir dix-huit ans et de pouvoir quitter le Préceptorat où je suis prisonnière depuis l’âge de cinq ans. Mais l’arrivée d’un nouveau pensionnaire, venu du pays voisin du mien, va tout changer. Elián, qui ne cesse de défier Talis, de mépriser les règles qui régissent notre existence, met nos vies à tous en danger. Malgré tout, son esprit de révolte est contagieux. La résistance serait-elle possible ? Car nous le savons tous : le pays natal d’Elián va forcément finir par déclarer la guerre au mien…



Je tiens tout d’abord à remercier les éditions Lumen pour cet envoi et pour leur patience. J’ai lu ce roman il y a un petit moment déjà, j’étais en vacances au Portugal. Je n’ai pas eu le temps de le chroniquer plus tôt, c’est pourquoi ma chronique risque d’être un peu pauvre en arguments et assez courte, même si je me souviens encore un petit peu de mon ressenti.
J’avais très envie de le découvrir grâce aux nombreux avis assez positifs que j’avais pu lire et surtout, grâce à l’engouement qu’il y a eu autour de ce livre à sa sortie. De plus, la petite phrase sur la couverture « Au premier faux pas, vous êtes mort… » m’avait beaucoup intrigué, tout comme le résumé.

Dans cette histoire, on va suivre Greta, duchesse de Halifax, qui est retenue en otage comme tous les autres fils et filles des grands dirigeants de la planète. Ils vivent dans le Préceptorat, où la mort n’est pas loin : à la première déclaration de guerre, les enfants des deux camps sont alors exécutés. C’est Talis, une intelligence artificielle, qui gouverne le monde afin qu’il n’y ait plus de guerres ni de conflits. A 18 ans, les héritiers sont libérés et Greta attend ce jour avec impatience. Jusqu’à l’arrivée d’Elian, qui refuse les règles et dont le pays veut rentrer en guerre contre celui de Greta.

Comme ne pas craquer en découvrant ce résumé terriblement tentant. L’histoire évolue dans un univers dystopique passionnant, comme je les aime. La dystopie est l’un de mes genres préférés et j’aime toujours autant en lire. Un grand bravo à l’auteure pour avoir créé un univers aussi intéressant, complexe et nouveau. J’ai adoré l’idée principale que le monde soit gouverné par une intelligence artificielle et que les héritiers des deux camps soient tués en cas de déclaration de guerre. Dit comme ça, ça parait bizarre, mais cette idée pimente beaucoup l’histoire.

Le fait qu’Elian, par son côté rebelle, renverse la situation, était légèrement prévisible, mais j’ai tout de même apprécié. C’est à partir de là que commencent vraiment les problèmes pour Greta. Celle-ci est un personnage attachant, mais parfois je n’ai pas toujours compris pourquoi elle agissait ainsi, c’est comme si elle cherchait les problèmes en allant à l’encontre de la logique de l’histoire.

Je trouve que l’auteure Erin Brow a beaucoup de potentiel par son univers nouveau mais aussi par sa plume travaillée et très personnelle. Cela fait du bien aux yeux de voir des phrases si bien tournées avec élégance et poésie. Mais cela enlève un peu de fluidité au récit, j’ai trouvé parfois quelques longueurs qui m’ont donné envie de sauter un passage.

Pour conclure, j’ai adoré l’univers mis en place par l’auteur, même si j’ai lu beaucoup de dystopies, ce roman sort de l’ordinaire et se distingue par les idées nouvelles de l’auteur. Cependant, j’ai eu du mal avec l’héroïne et ses choix.
Un univers intéressant et une plume poétique !

2 commentaires: