dimanche 13 septembre 2015

2 colis + 3 dans ma PAL !


Je remercie chaleureusement Albin Michel, Gallimard Jeunesse et Milan éditions pour tous ces magnifiques envois ! 



Half Bad, tome 2 : Nuit rouge de Sally Green

Ça y est, Nathan est un vrai sorcier, il a reçu son don. Il va lutter à armes égales contre les sorciers blancs. Mais un terrible choix se présente à lui : choisir entre Marcus, son père, et Annalise, son amour.
Ce que toujours veut dire de Lexa Hillyer 

Avant, Joy, Tali, Luce et Zoe étaient les meilleures amies du monde.  Aujourd'hui, elles se parlent à peine... Jusqu'à ce que le flash fatidique d'un Photomaton les ramène toutes les quatre dans le passé, à l'été de leurs quinze ans, l'été où tout à changé. Premiers baisers, bains de minuit, feux de joie près du lac: cet été parfait où tout a basculé. Une chance inespérée de remettre en question leur vie, leurs choix. Prendre de nouvelles décisions, mettre en lumière un terrible secret, et sauver leur amitié. Tous les étés ont une fin, mais celui-ci les changera pour toujours. Pour toutes les fans de «Quatre filles et un jean» et les autres, un roman sur l'amitié et la découverte de soi. Lumineux et plein d'émotion, pimenté d'humour... et de magie.
Conversion de Katherine Howe 

Colleen, Deena, Emma et Anjali sont en terminale dans le prestigieux lycée St Joan. Colleen est sur le point d'être acceptée à Harvard et ne pense plus qu'à cela. Un jour de janvier, une de ses camarades est prise de convulsions. très vite, d'autres élèves présentent d'étranges symptômes : perte de cheveux, paralysies, quintes de toux... La presse s'empare de l'affaire, un vent de panique souffle sur St Joan. Mais pas question pour Colleen de se laisser déstabiliser : elle doit travailler sur la pièce Les Sorcières de Salem, d'Arthur Miller. Et ses recherches l'amènent en 1692. au moment du procès des sorcières de Salem, à la rencontre d'Ann Putman, qui fit semblant d'être ensorcelée...  Les époques se croisent, les drames se nouent. Qu'arrivent-ils aux élèves de St Joan ? Et si la réponse se trouvait dans le passé, trois siècles plus tôt ?

2 commentaires: